Illumination | Rencontre avec les Nuits Psychédéliques de Québec.

Pour cette deuxième soirée, les nuits se déplaçaient à la salle multi de Méduse. Grâce à sa plus grande capacité et sa plus grande scène, six bands ont pu être programmé, ayant cette fois-ci tous un lien avec le psycho/garage. La distorsion était à l’honneur et le feed back au rendez-vous, et c’est très bien comme ça. Retour sur cette seconde soirée des Nuits Psychédéliques de Québec, par Bass Baobarbe.


Lemongrab ouvre le balle avec un rock slack et assez grunge. D’une bonne puissance, le jeune band Montréalais impose un rythme assez rapide. La voix nonchalante de Gaëlle Cordeau s’intègre parfaitement au son de guitare bien saturé. Lemongrab sur Bandcamp : https://lemon-grab.bandcamp.com/



Avec six band au programme tout doit aller vite, c’est donc après un changement rapide que Thechnicolor Blood entre sur la scène. Un peu plus hard, ce rock purement efficace s’installe. Une foule de plus en plus mouvante répond à la lourdeur des riffs. Un peu plus punk dans l’âme, le fuzz et les effets donnent un aspect très uni aux compositions enchaînées de manière très fluides, les musiciens détruisant constamment le son en début et en fin de chanson.


Thechnicolor Blood sur Bandcamp : https://www.technicolorblood.bandcamp.com



Après une pause «cigarette magique», le retour dans la salle chaude et suante est marquant. Normal, c’est au tour de Wizaard d’occuper la scène. Bien plus dansant, le côté funky du band, ses tones bien fuzzés et ses thèmes très accrocheurs me rappelle beaucoup le délire Funkadelic des années 70. Les musiciens talentueux et énergiques rendent le spectacle aussi agréables à regarder qu’à écouter. Chaque membre du band à son moment et le changement de voix principale donne cet élément nouveau derrière chaque chanson. Une belle découverte pour ma part.


Wizaard sur Bandcamp : https://www.wizaard.bandcamp.com


Beaucoup d’artistes féminines en cette soirée d’Illumination, et Les Vulvets chapeautent le tout avec un band complètement féminin. Touchant au son plus surf-garage, ces jolies dames rendent un bel hommage aux années 60. J’ai eu un petit coup de coeur pour le jeu de drum bien lourd et tenu de Marie-Ève Bouchard.


Vulvets sur Bandcamp : https://vulvets.bandcamp.com



Ensuite, Paul Jacobs. À vrai dire, ce band de psycho-punk-garage a la capacité d’arrêter le temps. La puissance et la saturation intense font tomber aisément en transe le public présent, et leur volonté flagrante de vouloir tout salir mélangé à l’énergie sur scène nous transporte dans un monde parallèle. En fait, je suis resté pas mal collé tout le long du set. Belle expérience, et je pense que pour véritablement comprendre Paul Jacobs il faut le voir en live. Pas le choix.


Paul Jacob sur Bandcamp : https://pauljacobs.bandcamp.com



Nous finissons en beauté cette soirée garage avec Ponctuation avec leur dernier album Mon herbier du monde entier. Guillaume Chiasson nous présente un rock psychédélique des plus calibrés, accompagné d'Emmanuel Éthier (Chocolat, Claxa Yells) à la basse, Tommy Johnson (IDALG, Pop Goes, Colmor) à la guitare et Maxime Hébert (Talen, Les Breastfeeders) à la batterie. Ces maîtres du rock psychédélique québécois nous ont montré comment faire lever une foule. J’en ai beaucoup profité en fait, c’est juste trop bon et les arrangements à quatre sons sont parfaitement exécutés. Leur dernier album vogue entre intensité, groove et un côté atmosphérique. À mon avis, tout le monde peut y trouver son compte.


Ponctuation sur Bandcamp : https://ponctuationponctuation.bandcamp.com



Cette deuxième soirée était une réussite. Complètement Illuminé de belles folies, la fatigue commence à prendre, mais je devrais tenir jusqu’à demain. La dernière soirée promet une programmation plus rock stoner, pas le choix d’être présent.

Pour en savoir plus sur les Nuits Psychédéliques de Québec : https://www.facebook.com/psychquebec

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • Bandcamp - Cercle blanc

Amour au travers de tous les océans.

INFOLETTRE