Comment se perdre dans la découverte musicale.

Updated: May 1, 2018

Comment se perdre


À partir de maintenant, toute ta vie est consacrée à la découverte de nouvelles musiques. Chaque seconde d’éveil sont utilisée au bénéfice de tes oreilles. Tu te lances dans le vide à chaque instant pour découvrir un nouvel album en sachant très bien que tu ne le réécouteras jamais. On ne triche pas à essayer de comprendre Giant Step, Dark Side of the Moon, L’heptade ou Kid A. Une seule écoute. Aurions-nous assez de temps pour écouter tout ce qui existe? Assurément pas. Avec tous les médias et supports possibles aujourd’hui, il est facile de se perdre et de perdre son temps dans l’immense univers qu’est Toute-la-musique-qui-existe-depuis-la-nuitdes-temps. On se décourage souvent à ne pas trouver ce qui nous accroche, on donne de moins en moins de chance à un nouvel album où un nouvel artiste. Nous finissons par mettre notre bonne vieille playlist de tounes de party 2012, ou encore cet album de l’année 2016 que l’on connaît par coeur parce que l’on est parti en road trip et c’est le seul CD qu’il y avait dans le char. On va donc s’amuser à devenir un découvreur de musique multi-plateforme.


Streaming : Spotify, Deezer, comprendre la machine.


L’ère numérique dans laquelle nous vivons regorge de possibilités tant qu’à l’exploration de nouveaux trips musicaux. L’accessibilité des majors du streaming partout dans le monde nous permet d’écouter de la musique venant de tous les pays. Quelle chance ! Une manière simple de découvrir avec ces médias est d’utiliser la fonction artistes similaires. C’est simple, tu vas sur la page d’un artiste que tu aimes et tu plonges pour découvrir ceux jugés semblables par les algorithmes. Parlant d’algorithmes, faut savoir qu’ils sont comme des petits robots invisibles qui analysent tout ce que tu écoutes (et fait) sur le net pour te faire lire, voir, écouter du contenu susceptible de t’intéresser. Sur le web il est donc facile de tourner en rond si l’on utilise les chemin pré-tracés (Les suggestions Youtube, recommandation Spotify/Deezer, même les pubs facebook). Petite astuce : allez fouiller les nouveautés par styles et non par l’onglet « nouveautés », qui montre seulement les nouveaux albums populaires du moment. Même s’ils ne sont pas mauvais pour autant, il est plaisant de trouver la perle rare afin de la montrer à tous. Par exemple je choisi catégorie jazz, nouveautés jazz et BOOM : une foule d’album à écouter. C’est important de ne pas donner la chance à une seule toune d’un album qui ne nous accroche pas dès le départ. Penses-tu que tout le monde a accroché après la première toune du dernier Bon Iver ? Il a fallu aller un peu plus loin pour comprendre ce chef d’oeuvre.


Les plateformes de streaming sont davantage faites pour découvrir des artistes populaires ou en cours de l’être. Faut s’attendre à se faire conseiller Arcade Fire ou Half Moon Run assez souvent si l’on écoute la fameuse section « Indé-Alternatif ».


Une de mes découvertes Deezer - Pang Attack

Bandcamp, c’est quoi ça ?


Demande à un artiste indépendant ayant un petit band dans ta ville à quelle endroit on peut écouter son album et il te répondra assurément « sur mon Bandcamp ! ». Chaque band à la possibilité de personnaliser sa page d’écoute. Bandcamp peut aussi faire office de magasin web où les groupes vendent leur marchandise et l’expédient. C’est la manière d’acheter un album qui redonne le plus à l’artiste. Bandcamp se garde « seulement » un 15 % par transaction. Le reste est directement versé à l’artiste sans autres intermédiaires. Puisqu’il est simple d’uploader gratuitement ses albums sur Bandcamp, une majorité de groupes, tout styles confondu, utilisent ce média. Avec ses centaines de milliers d’artistes enregistrés il est très facile de valser entre Ambiant, Noise-Jazz, House pour revenir à nos solides bases de folk. Le tout sans ne connaître aucun artiste. Pour faciliter nos recherches, la plateforme est dotée d’un moteur de recherche interne hyper complet. On peut y faire nos recherches par ville, pays, style, sous-style (et même format, si l’on souhaite commander un vinyle pour sa collection par exemple).


Une de mes découverte Bandcamp : Otherface.

Bandcamp est donc à utiliser dans un contexte de découverte absolu d’un univers incroyablement large de musique majoritairement indépendante.






Ne négliges pas les piles de vinyles.


Avant toute cette belle technologie, les mélomanes n’avaient d’autres choix que d’aller chez leur disquaire de quartier pour y trouver des vinyles pleins de belles tounes (ou pas ...). Aujourd’hui avec le fameux « retour du vinyle », l’engouement des vinyles shop pousse l’exploration vinylesque plus risquée pour le porte-feuille. C’est pas tout le monde qui est prêt à prendre un guess de 10$ sur un album qu’il n’aimera peut-être pas.


Voici donc quelques piste qui peuvent t’aider :

  • L’application Discogs à porté de main. En quelques coup de doigts tu peux avoir les musiciens, le style, le label, l’année de sortie et la valeur du vinyle que tu tiens dans tes mains.

  • Connaître les Labels qui font des trucs que tu trouves ciblés, originaux et toujours intéressants. Par exemple, ECM dans le jazz, Buddha Record se trompe rarement, Célébration pour les Prog québécois, etc..

  • Connaître les producteurs et musiciens qui travaillent sur des albums que tu aimes pour les repérer plus facilement sur d’autre projets.

  • Connaître les années phares de nos styles musicaux préférés.

  • Si le visuel est inspirant, laisse toi tenter. C’est rare qu’un album avec une grosse pochette funky se retrouve être un recueil de poèmes de Nélligan, interprété live par Monique Leyrac (ce vinyle existe, la pochette est brune).


Ça fait beaucoup de trucs, mais ça s’apprend avec le temps. Commence quand même par aller fouiller dans les ventes de garage ou les friperies pour débuter. Ça fait moins mal perdre 50¢ que 10 $ sur un vinyle que tu n’aimes pas. Tu peux aussi faire le tour de ton entourage et demander s’ils possèdent des vinyles. Soit curieux, prends pas seulement les Beatles ou les Pink Floyd oubliés ...


Absolute Elsewhere – In Search of Ancient Gods

Autres plateformes


Il existe aussi une plateforme de diffusion appelé Soundcloud. Surtout utilisé par les beatmakers et rappeur, c’est la plus grande banque de contenu musical éclectique au monde. L’interface est très dynamique. Tu peux commenter un passage précis d’une track qui te fait tripper et tu peux échanger en one on one avec l’artiste. La proximité fan-créateur est vraiment intéressante. Beaucoup de side projects d’artistes plus populaires sont diffusés sur ce média également. Pour trouver du contenu rare, des podcasts, des démos où encore des albums inachevés, Soundcloud est vraiment la place.


En sachant que 64 % des jeunes américains utilisent Youtube comme plateforme de streaming, le géant du vidéo n’est pas du tout à sous-estimer dans une quête de recherche musicale. Avec des radios web live 24/7, des archives vinyles et vidéos de toutes les époques, des playlists par genres, des chaînes spécialisées (Tiny Desk Concert, KEXP, Jam in the Van, etc.) et le deep Youtube de la musique, il y a moyen de trouver chaussure à son pied assez rapidement.




Et en live ?


Ne soit pas seulement curieux dans ton salon. En plus d’être propice à de belles rencontres humaines, les shows permettent d’ajouter une dimension physique à ta découverte musicale. La vibe, une petite bière et de l’énergie humaine rendent l’écoute encore plus intéressante. Va voir des shows, va vivre des expériences et surtout encourage la culture locale dont la survie dépend de ta curiosité. Contrairement à ce que l’on peut penser, la musique live est accessible. Beaucoup de petites scènes fonctionnent avec contribution volontaire ou avec entrée à prix modique. Investir un petit 20$ par mois dans quelques découvertes d’artistes émergents permet la prospérité de la culture indépendante et la survie de projets originaux qui seront peut-être les prochains gros noms de ton festival préféré.


Tu pourras donc toi aussi te vanter d’avoir vu The Franklin Electric ou Tame Impala dans un bar miteux de Donnacona ou au Café Campus.

Daniel Lanois (merci Jimmy Rouleau)


Sur ce, je vous souhaite de bonnes découvertes musicales et surtout propage les pépites que tu trouves au hasard, les gens veulent les entendre. Amour.

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • Bandcamp - Cercle blanc

Amour au travers de tous les océans.

INFOLETTRE